Comment bien reprendre le sport après une blessure ?

 

comment récupérer après une bléssure

La blessure fait indéniablement partie de la vie d’un sportif. Peu importe son niveau ou son sport, le sportif a dû ou devra faire face à une blessure. Pour s’en remettre au mieux, il est important de la comprendre. Passée la convalescence, il est important de respecter certaines règles pour ne pas heurter son corps à nouveau.

Une période difficile à gérer

Chaque sport a son lot d’inconvénients mais tous ont un point commun : il est difficile d’être épargné toute sa carrière par les blessures. Les joueurs de sports collectifs comme le handball, le football ou le basket-ball connaissent fréquemment des soucis au niveau des articulations des membres inférieurs ou supérieurs quand les cyclistes doivent eux, souvent faire face aux chutes. Les coureurs connaissent eux beaucoup de problèmes musculaires qui apparaissent à cause des traumatismes causés par les foulées effectuées sur les différents types de terrain. Si des foulures ou chutes n’exemptent pas certains coureurs de blessures, la plupart d’entre eux subissent des périodes d’arrêt à cause de traumatismes au niveau des genoux et sur l’ensemble des membres inférieurs. Puisqu’elles semblent inévitables, il est important de comprendre comment les gérer au mieux et comment préparer son retour à l’activité. 

Respectez les consignes d’un professionnel si un diagnostic est fait et n’hésitez pas à travailler à la maison pour améliorer la récupération et soigner de la meilleure des manières cette blessure. Peut-être plus que lorsque vous êtes apte, faites attention à ne pas abuser des bonnes choses au niveau de l’alimentation. Sans la production d’endorphines habituellement poussée par l’activité sportive, votre corps pourrait mettre plus de temps à récupérer et n’aurait pas l’énergie nécessaire pour le combat que peut représenter une blessure. Veillez également à apporter une grande importance au repos.

Certaines blessures sont donc récurrentes chez le coureur notamment. Toutefois, il y a moyen de les gérer et parfois d’éviter leur retour.

Les blessures récurrentes

La myo-aponévrosite est fréquente et occasionne une vive douleur au niveau de la voute plantaire. En stimulant cette partie du pied, vous retrouverez petit à petit de meilleures sensations. Même si cette blessure est compliquée à guérir, il se peut qu’un changement de chaussures balaye définitivement cette pénible gêne.

Les périostites font bien souvent partie intégrante de la vie de coureurs. Notamment lors de la reprise de l’entraînement, ce qui est évidemment un problème lorsque la reprise s’effectue suite à la convalescence d’une autre blessure. Afin d’éviter de trop souffrir à cause de l’intensité, le port de chaussettes de compression peut atténuer d’éventuelles douleurs, tout comme le glaçage des zones douloureuses ou les pansements à base d’argile après les sorties.

Les terribles sciatiques et pubalgies ne connaissent elles, malheureusement pas de recette miracle. Mais lorsque le moment de la reprise a sonné, n’hésitez pas à insister sur les étirements et même de prévoir des séances uniquement à cet effet. Le renforcement de ces zones est primordial et devrait être l’attention d’une séance par semaine, blessure ou non. 

Enfin, le fameux syndrome de l’essuie-glace peut, tant que la douleur n’est pas trop grande, être géré en modifiant sa structure d’entraînement. Si l’on a tendance à croire que ce sont les sols rugueux qui amènent cette pathologie, il s’agit plutôt de l’abondance de courses en descente qui heurte cette zone du genou. Veillez donc à éviter les portions trop descendantes durant votre reprise.

En cas de blessure, ne reprenez pas l’entraînement à 100% mais faites plutôt place à un effort progressif sur plusieurs jours. Le retour de l’intensité se doit d’être géré. Étant arrêté de force, vous perdrez les bénéfices de votre forme passée. Les entraînements avortés empêcheront votre endurance générale de continuer à se bonifier. C’est ainsi que vous ressentirez l’acide lactique monter bien plus facilement dans les muscles lors de vos courses ou entraînements de reprise.